DSA Architecture et Patrimoine

DSA Architecture et Patrimoine

|
Anabel Mousset responsable des DSA risques majeurs et patrimoine envoyer un message 01 53 38 50 64
Cet enseignement est centré sur les problématiques de conservation, restauration et mise en valeur du patrimoine architectural, urbain et paysager ainsi que sur la question de son usage dans la société contemporaine.

objectifs

  • développer de manière critique les connaissances nécessaires et leurs applications.
  • analyser, réparer, adapter aux besoins contemporains, les monuments, les ensembles bâtis et le paysage.

points forts et spécificités

  • importance donnée au projet architectural, urbain et paysager, avec la prise en compte du patrimoine dans toutes ses composantes, bâties ou non bâties, savante ou ordinaire,
  • connaissance du patrimoine contemporain,
  • histoire de l’architecture et de la ville du siècle de Louis XIV, aux grands ensembles d’habitation des années 1960,
  • construction pratique,
  • droit du patrimoine,
  • débat sur la doctrine,
  • voyages d’étude en France et à l’étranger.

déroulement de la formation

La formation se déroule sur 4 semestres :

  • 3 premiers semestres dédiés aux enseignements (sur un rythme hebdomadaire de 3 jours par semaine les lundis, mardis, et mercredis) comprenant des semaines intensives de relevés, des workshops sur des thèmes spécifiques ainsi que des voyages d’étude en France et à l’étranger.
    Un mémoire doit être rédigé pour la fin du 3è semestre,
  • 1 dernier semestre consacré à la mise en situation professionnelle (de 4 à 6 mois soit de 500 à 600 h) au cours duquel un un mémoire doit être rédigé.

Le programme pédagogique du DSA bénéficie de l’action de la Chaire partenariale «Patrimoine, expérimentation, projetS» de l’Énsa-PB.

compétences à acquérir

Compétences attendues pour intervenir sur les monuments historiques selon le décret n° 2009-749 du 22 juin 2009 et la circulaire du ministère de la Culture du 1er décembre de la même année concernant le choix des maîtres d’œuvre :

  • capacité à critiquer les savoirs formulés,
  • à prendre le recul nécessaire pour arbitrer,
  • à concevoir des solutions selon des processus où s’entrecroisent tradition et innovation,
  • maîtriser le projet d’architecture appliqué au patrimoine bâti et paysager, à sa réparation, à son adaptation aux programmes contemporains et à sa mise en valeur, depuis l’étude documentaire, le diagnostic sanitaire, l’avant-projet jusqu’à la réalisation du chantier.

poids horaire et crédits

  • Durée de la formation : 4 semestres universitaires avec un volume horaire encadré de 1 200 h,
  • crédits : 120 ECTS (European Credit Transfer System),
  • Formation diplômante : le DSA est un diplôme national d’enseignement supérieur de 3e cycle.

équipe pédagogique

Directeur scientifique : Jean-Paul Midant, Docteur en histoire et civilisations, habilité à diriger des recherches, et maître de conférences à l’Énsa de Paris-Belleville.

Enseignants référents pour les ateliers projet :

  • Philippe Prost, architecte DPLG, diplômé de l’École de Chaillot, professeur, chercheur à l’IPRAUS,
  • Astrid de Largentaye, architecte ADE, diplômée du DSA Architecture et Patrimoine de l’École de Chaillot,
  • Agathe de Maupeou, architecte DPLG, diplômée du DSA Architecture et Patrimoine de l’École de Chaillot,
  • Élise Ostarena, architecte ADE, diplômée du DSA Architecture et Patrimoine de l’École de Chaillot, doctorante en architecture.
  • Pierre Gommier, architecte DPLG, diplomé du DSA Architecture et Patrimoine de l’École de Chaillot, doctorant en architecture.

Coordinatrice pédagogique : Angèle Denoyelle, paysagiste DPLG, diplômée du DSA Architecture et Patrimoine de l’Énsa-PB, historienne des jardins, doctorante en aménagement et urbanisme.

insertion professionnelle

  • agences d’architecture et d’urbanisme, notamment sur des chantiers de réhabilitation, de transformation ou de création dans un environnement patrimonial,
  • emploi public,
  • depuis la fin de l’année 2009, l’architecte diplômé du DSA Architecture et Patrimoine peut, lorsqu’il a atteint 10 ans d’expérience, se présenter aux consultations organisées dans le cadre de travaux sur les monuments classés, quand ils n’appartiennent pas à l’État.