forum international bois construction
exposition hors les murs

forum international bois construction

|

Réservez un avenir

Le 10e Forum International Bois Construction ne se contente pas de porter le message de la construction biosourcée en plein Paris, il développe également une démarche pour décarbonner l’événementiel par le bois.

Monter à Paris était une gageure. Même si le Forum s’astreint à une itinérance tous les deux ans, afin d’innerver toujours de nouvelles régions, mais au prix de devoir tout réinventer à chaque fois en termes de logistique, Paris était un défi d’un bien autre niveau. Non seulement tout y cher, mais bizarrement, il manque des sites adaptés pour accueillir un congrès comme le Forum International Bois Construction et sa jauge de 2000 congressistes, plus une surface d’exposition conséquente. Après de longues recherches, la solution du Grand Palais s’est imposée, à condition d’ouvrir l’exposition au grand public. Pour les RMN qui gèrent le Grand Palais, mettre à disposition ce lieu pour un congrès était hors de propos, mais par contre, le sujet de cet événement intéresse tout le monde. De sorte que pour sa dixième édition, la huitième gérée par Nicole Valkyser, le Forum avait accepté de faire une entorse à ses principes, quitte à devoir remodeler l’exposition habituelle qui accompagne le Forum, pour en faire un parcours pédagogique à l’attention du grand public. Sachant qu’on ne parle pas tant ici de familles avec des poussettes mais plutôt de l’incroyable vivier de professionnels de la construction au sens large, qui viendront faire un tour au Grand Palais sans pour autant être assidus aux conférences.

L’ENSA Paris-Belleville remet les pratiques événementielles à plat

Fallait-il sous une voûte en métal présenter ce parcours pédagogique du bois, orchestré qui plus est par Alexandre Labasse du Pavillon de l’Arsenal, par des stands à base de profils en aluminium ? Non ! Nicole Valkyser s’est tournée vers l’ENSA Paris-Belleville, juste ne face de chez elle. C’est l’ENSA parisienne la mieux équipée en atelier bois, codirigé par Ludovik Bost qui est aussi le sculpteur sur bois patenté de la manifestation. Autant que les totems renouvelés chaque année et qui attirent l’attention du public où le Forum a lieu, la scie de Ludovik Bost fait office de signal. Mais l’artiste est aussi un créatif de la construction bois. Il a donc fait travailler ses élèves sur la conception de stands d’un nouveau type, à structure en hêtre (français) et panneaux en contreplaqués de peuplier (français), qui se montent et se démontent d’une façon très ingénieuse, sans vis. Baptisés “Belleville”, produit par l’ESB de Nantes, ces stands sont la première grande réussite du dixième Forum, et seront déjà utilisé avant la manifestation du 15 au 17 juillet, comme pour mieux prouver leur réutilisation. Associés au stand sont venues les tables du concept « Ceci n’est pas une porte » de AAVP, qui réutilise les 1200 portes de l’hôpital St-Vincent de Paul pour en faire un mobilier qui complète le dispositif du Forum.

Le pari fou de l’auditorium éphémère

Le principal défi, pourtant, était ailleurs. Comme le Grand Palais ne dispose que de deux amphis, il fallait créer un auditorium, mais pas avec les moyens de Karl Lagerfeld. Ce fut finalement une opportunité pour décliner les magnifiques panneaux en CLT cintré qui tiennent tant à cœur à l’architecte-phare des constructions bois multi-étages françaises, Steven Ware de Art&Build. Le concept a été développé avec le grand BE bois belge, Ney and Partners, avec toute l’ingénierie de réalisation de CBS-CBT-Lifteam. L’enjeu est de taille. C’est une première mondiale, dans le cadre d’un congrès, les responsabilités sont énormes. Art&Build, Ney et CBS-CBT-Lifteam se sont démenés pour que cette exposition pédagogique sur la construction biosourcée soit présentable au Grand Palais, il y avait là quelque chose de la Monumenta. Mais voilà, la pandémie est arrivée. Le Forum n’a pas pu avoir lieu en avril 2020, ni du 15 au 17 juillet 2020, et quand il a été reporté à la même date en 2021, tout le monde pensait que la pandémie serait alors un vieux souvenir. Juillet 2021, cela est normalement la période de repos mérité après une 11e édition à Epinal et Nancy, avant de préparer la 12e pour avril 2022 quelque part en France. En réalité, tout le travail réalisé en 2019 pour 2020 n’est pas de trop face à une situation mouvante, pleine de risques. Pour l’heure, il semble que le Forum aura lieu, ce qui signifie qu’il faut adapter l’ensemble de la manifestation à un nouveau site, le Grand Palais Ephémère au Champ-de-Mars.

Nouveau décor

La surface équivaut à peu près, l’auditorium reste indispensable, les stands et les tables font bonne figure dans un écrin en bois plutôt visible de l’extérieur, avec une tenture bleue très Forum. Le déplacement est une aubaine pour le Forum. On dirait qu’il travaille en poupées russes, le contenant maginifique éphémère et modulaire en bois, une vraie leçon de construction par Jean-Michel Wilmotte pour GL events, et Mathis à la manœuvre, puis l’auditorium, les stands, les tables. Avec tout cela on parle de construction biosourcée qui est censée permettre encore de ses construire un avenir. « La construction biosourcée, pour construire un avenir », c’est la baseline de cette 10e édition et celui qui veut peut la lire comme une option constructive pour l’avenir, ou bien, plus précisément, comme message porté à Paris : « Sans construction biosourcée, pas d’avenir, non seulement pour la construction, mais pour tout le monde ». Un message militant un peu caché, que les institutions de la filière bois n’auraient pas forcément eu le cran d’afficher, tout comme ce Forum réalise quelque chose que la filière bois française n’est jamais parvenue à faire. Qu’on se souvienne de la transformation des Champs-Elysées en forêt dans le cadre de Paris Capitale il y a dix ans, des sommes colossales déboursées grâce à la CVO, spectaculaires, mais loin du sujet de la construction. Aujourd’hui seulement, les ventilations des contributions émissives des secteurs économiques commencent à laisser la place à une réalité savamment occultée longtemps par le monde de la construction, à savoir qu’il est responsable au bas mot de 40% des émissions de gaz à effet de serre. Ce qui veut dire que les habitants sont les principaux responsables de la situation actuelle. Il faut donc changer notre rapport à la construction, et vite ! Le Forum est un congrès spécialisé dans la construction bois, éventuellement la construction biosourcée puisque le bois est actuellement vu comme une dérivation du monde biosourcé. Mais il n’a pas vocation à sauver la planète ! D’autant que les lobbys s’affrontent en France, en Europe et dans le monde pour contester les vertus climatologiques de la construction bois. Par ailleurs, le programme du dixième Forum fait certes une part à la construction biosourcée, mais on y trouve aussi toutes sortes de nouveaux bâtiments mixtes.

A quoi jouent les organisateurs ?

Pensent-ils capter l’attention du public parisien avec des frissons sur le futur ? A vrai dire, l’occasion fait le larron. On commence par essayer d’avoir une cohérence dans la manifestation et de fil en aiguille, l’idée émerge que si on parle de construction biosourcée et d’avenir, alors il faudra commencer par se regarder le nombril et se demander ce que ce Forum apporte en termes d’émissions. Car l’événementiel, notamment francilien, est une immense usine à émissions dont personne ne veut prendre la mesure. Tant qu’à créer un auditorium démontable et réutilisable, des stands, des tables, autant calculer le bilan carbone de cet événement et tracer des pistes qui dépassent le Forum lui-même ou la filière bois. Ainsi, la tenue du Forum en plein Paris devient un signal en lui-même, et parmi les pistes de neutralisation du carbone événementiel, le Forum présente la part du bois. D’ailleurs, les organisateurs ne s’arrêtent pas en si bon chemin. Il devient courant de proposer de compenser ses émissions carbone, quand on prend l’avion, le train, et même lors du sommet du biosourcé à Paris en automne 2019, ecotree avait parrainé un mode de compensation pédagogique. Ecotree a créé le concept de compensation annuelle de carbone par arbre moyen et l’a fixé à 30 kg d’eq CO2. Partenaires du Forum, l’UCFF et Plantons pour l’avenir ont refait le calcul et descendent à 5 kg. Aussi, chaque participant du Forum est appelé à acheter symboliquement un arbre au prix de 5 euros pour replanter près de Nancy une parcelle baptisée « 10e Forum International Bois Construction » de 2000 arbres. Pourquoi 5 kg ? Parce que, selon Tancrède Neveux de Plantons pour l’avenir, il faut compter six arbres plantés pour un arbre qui atteint l’âge adulte et qui capte, lui, comme l’affirme ecotree, 30 kg de CO2 par an. La démarche symbolique du Forum est pédagogique : 5 kg par an, celui correspond à 25 km de mobilité moyenne, pas plus ! En avril 2022, quand les congressistes du 11. Forum International Bois Construction rendront visite à cette parcelle replantée en essences pour la construction, ils verront le fruit de leur investissement mais aussi à quel point ces plants sont encore fragiles. Construire en bois, dès aujourd’hui, c’est avoir une pleine conscience du fait que cette matière est précieuse.

Pas d’événementiel sans bois

Avec l’auditorium, les stands, les tables, l’analyse ACV et la parcelle à reboiser, en plus de la thématique du Forum, l’événement change la donne de l’événementiel francilien. Jusqu’à maintenant, sur les billetteries web, en haut à droite, il y avait une cartouche pour compléter l’achat en « Réservant un hôtel ». Maintenant, en-dessous de cette cartouche, il y en aura une autre intitulée « Réservez un avenir ». Dans le cas du Forum, il s’agit symboliquement de faire l’acquisition d’un arbre : un humain, un arbre. Demain, cette cartouche « Réservez un avenir » conduira à une longue liste de choix et d’actions pour permettre de continuer les rencontres professionnelles sans creuser allègrement notre tombe. Et dans ces catalogues de mesures, le bois aura sa part.

Jonas Tophoven

Toutes les infos sur https://www.forum-boisconstruction.com/