Un mur, un tableau : découvrez l'oeuvre d'Alexandra Roussopoulos

Publié le 2018-10-01 12:58:52

"Un mur, un tableau" est une proposition qui vise à présenter une oeuvre pendant une durée de 3 mois sur le mur situé à l'entrée de Bellastock.

Dan ce cadre, vous pourrez découvrir d'octobre à fin décembre Partir avec les murs d'Alexandra Roussopoulos de trois  éléments distincts qui forment un ensemble navigant entre la peinture, la trace, l'image et la représentation abstraite d'une relation sensible à un endroit singulier, espace de vie et lieu de travail.Cet ensemble constitue en cela une sorte de portrait personnel. Il s’agit de La villa Seurat, maison de ville construite en 1963 par l'agence d'architectes Ducamp et Maillard, demeure d'enfance de l'artiste et lieu de son atelier jusqu'à en 2017. .  

Ainsi Veste Femme 40 rassemble toutes les pièces composant le patron d'une veste dessiné pour l'artiste par le styliste Thierry Rose. Ces pièces ont été découpées dans une feuille-peau en latex, résultant de l'empreinte des murs de l'atelier de la villa Seurat et peintes en blanc. La peinture blanche recouvrant le latex amplifie l'association sensible des différentes peaux : la peau picturale, la peau humaine, et la peau-surface des murs. Elle suscite une circulation dynamique entre tous ces éléments, chacun cherchant son espace de représentation dans le regard.

La villa Seurat, pièce réalisée en collaboration avec Silvana Mc Nulty, créatrice de bijoux, présente les plans de chacun des trois étages de la villa dessinés de mémoire et confectionnés en fil de laiton. La mémoire et le dessin d'un lieu sont transcrits ici dans du métal afin de constituer un bijou, un objet à porter sur soi, sur un corps qui montre le plan d'une architecture.

La photographie en N&B, anonyme, montre l'état des murs pendant les travaux de finition du futur atelier juste avant son emménagement. L'espace vide, rempli juste par des objets liés au chantier (ponceuse, escabeau, outils...) en est le protagoniste principal. L'absence de présence humaine dans l'image renforce la présence fantasmatique des corps et souligne en creux la disposition des outils, l'échelle de construction... conférant à l'ensemble une qualité sculpturale rappelant les photographies d'atelier de Brancusi.

Pedro Morcillo Aracil