Contacts

Hang Le Minh

Secrétaire générale de l'Ipraus
Secrétaire générale de l'UMR
Tél : 01 53 38 50 51
hang.leminh(at)paris-belleville.archi.fr
 

Christine Belmonte 

Chargée de communication de l’UMR AUSser 3329
Responsable administrative du doctorat  en architecture et du DPEA de formation à la recherche
01 53 38 50 60
belmonte.ensapb(at)gmail.com
 

Annie Edon-Souchères

Gestionnaire CNRS                         
Tél : 01 53 38 50 52                     
annie.edon-soucheres(at)paris-belleville.archi.fr

 

Pascal Fort

Responsable du centre de recherche documentaire
01 53 38 50 59
pascal.fort(at)paris-belleville.archi.fr
fort.ensapb(at)gmail.com

Télécharger la plaquette de l'UMR AUSser

 Télécharger la plaquette de l'UMR AUSser

Site de l'UMR AUSser 3329

http://www.umrausser.cnrs.fr/

Unité Mixte de Recherche AUSser n°3329

Architecture, Urbanisme, Société : savoirs, enseignement, recherche

LogoAUSSER

Directrice : Nathalie LANCRET

Origine de l’unité AUSser

L’unité AUSser a été créée le 1er janvier 2010 pour quatre ans, par convention entre le CNRS et le MCC. Elle est rattachée à l’Institut des sciences humaines et sociales (InSHS) et à la section 39 « Espace, territoires et sociétés ».

Au cours du contrat 2010-2013, AUSser regroupait deux équipes de recherche des Ensa Paris-Belleville et Paris-Malaquais : l’Ipraus « Institut parisien de recherche : architecture, urbanistique, société » et ACS, « Architecture, culture et société XIXe-XXIe siècles ». L’intégration de l’équipe OCS, « Observatoire de la condition suburbaine », de l’Ensa de Marne-La-Vallée (« École d’architecture, de la ville et des territoires ») demandée dès 2011, sera effective dans le prochain contrat.

La collaboration entre l’Ipraus et ACS est ancienne. Depuis leur fondation en 1986 et 1990, ces équipes ont été associées au CNRS[1]. Les échanges scientifiques avec OCS sont tangibles, au travers de programmes de recherche et d’enseignement partagés, notamment au sein de l’École doctorale. Ils ont été confortés par l’association des trois écoles d’architecture à UPE, puis renforcés par l’implication collective de l’UMR et d’OCS dans le pôle interdisciplinaire sur la ville centré sur la Cité Descartes et le labex « Futurs urbains », tous implantés sur le campus de Marne-la-Vallée.

Une structure fédératrice des Ensa

Pour le contrat 2014-2018, AUSser fédérera les trois composantes précitées – ACS, Ipraus et OCS – et une quatrième équipe en création : AHTTEP « Architecture, Histoire, Transport, TErritoire, Patrimoine », de l’Ensa de Paris-La-Villette. Cette équipe rassemble d’anciens chercheurs de l’Ipraus, enseignants à l’Ensa de Paris-La-Villette et des chercheurs de l’ancienne équipe HTTP du Cnam, avec lesquels les collaborations ont été nombreuses lors du contrat en cours. L’UMR se déploiera sur quatre Ensa – Paris-Belleville, son siège administratif, Paris-Malaquais, Marne-La-Vallée et Paris-La-Villette – dont les enseignants et chercheurs s’associent et élaborent un projet intellectuel commun pour le futur plan quinquennal de l’UMR AUSser.

Le regroupement de ces quatre équipes dans une même unité répond à des réalités et à des enjeux scientifiques et institutionnels et correspond à un changement structurant par rapport au précédent contrat quadriennal, sous trois principaux aspects.

Premièrement, un projet fédérateur transversal à l'UMR, lequel réunit des chercheurs de disciplines différentes autour d’un même thème : la production des espaces habités. Impliqués dans l’enseignement de l’architecture mais aussi, souvent, dans ses pratiques professionnelles, ces chercheurs s’attachent à informer et approfondir – sans viser l’exhaustivité – la connaissance des objets architecturaux et urbains, des processus de conception et de transformation des édifices et des territoires urbanisés, des évolutions contemporaines des problématiques et des pratiques dans les domaines concernés. Ils examinent les modalités propres à cet enseignement, qui associe des disciplines universitaires classiques à une formation à la conception architecturale dispensée en atelier de projet.

Deuxièmement, les liens tissés entre les équipes des Ensa autour d’objets, d’outils et de méthodes de recherche partagés ont permis de construire des domaines d’excellence de la recherche, reconnus par la communauté scientifique, et de créer une synergie et une dynamique collective, afférentes à l’architecture. Ces relations sont structurées dans des réseaux pluridisciplinaires confirmés, qui assurent la visibilité nationale et internationale des travaux dans les mondes académiques et professionnels.

Troisièmement, une réelle insertion au sein d'UPE et de ses structures (Pôle Ville, ED VTT, labex « Futurs urbains »).

Le choix d’une structure fédératrice, lié au souci de conserver des équipes au niveau des établissements, conforte les interactions entre recherche et enseignement tout au long du cursusdes études d’architecture. Les axes et les réseaux de l’UMR, qui correspondent aux domaines d’excellence de ses chercheurs, constituent le socle de la formation à la recherche et par la recherche en doctorat, de l’initiation à la recherche en master et de la sensibilisation aux problématiques actuelles en licence. Ils sont le lieu d’élaboration des travaux collectifs, fondés sur une connaissance partagée des problématiques, des terrains, des enjeux prospectifs et des questions posées par les crises environnementales et énergétiques.

L’UMR AUSser en chiffres

AUSser compte en 2016, 65 enseignants et chercheurs, parmi lesquels 10 sont habilités à diriger des recherches [2] le double à l'horizon 2018. Le renouvellement des membres et l’accroissement du nombre des enseignants HDR témoignent du dynamisme et de l’attractivité de l’unité, comme son implication dans la formation à la recherche, laissent présager une hausse raisonnable du nombre de doctorants au cours du prochain plan quinquennal.

L’unité compte 7 personnels administratifs, 6 Iatos MCC et 1 technicien CNRS, très impliqués dans le pilotage des programmes.

L’organisation de l’UMR

L’UMR comprend six axes thématiques recouvrant les orientations scientifiques et pédagogiques des quatre écoles, donc liés à l’enseignement et aux enjeux actuels de la société et des professions. Ces domaines d’excellence de l’unité lui confèrent un potentiel d’attraction dans les communautés de recherche et contribuent à son rayonnement régional, national et international.

Architecture des territoires : Transports, formes urbaines, environnement. Histoire et prospective

Les recherches sur le rapport entre architecture et ville, dans la tradition des études typo-morphologiques développées dès les années 1970, ont été fondatrices d’un champ d’enseignement et de recherche sur la ville et les territoires urbanisés. Les travaux évoluent en fonction des mutations des territoires habités, des modes d’habiter et des enjeux écologiques. Leur positionnement dans le contexte régional et national s’appuie notamment sur l’inscription de l’UMR AUSser dans le pôle d’excellence Ville et le labex Futurs Urbains.

Architectures et villes de l’Asie contemporaine : héritage et projet

L’architecture et les villes d’Asie sont l’objet de programmes de recherche anciens qui confèrent à l’UMR une place particulière dans le monde des études asiatiques. Elle est une des rares équipes françaises qui porte des recherches sur la ville appréhendée du point de vue de son architecture en Asie, et la seule en Asie du Sud-Est. La richesse et la solidité des partenariats, formalisés dans des réseaux thématiques, sont des atouts majeurs pour l’insertion nationale et internationale, pour le rayonnement académique et institutionnel et pour les débouchés professionnels des jeunes docteurs.

Architecture et culture techniques

La réorganisation de l’UMR pour le nouveau contrat quinquennal permet de bâtir un axe thématique fort dans le domaine de la construction et de la mise en œuvre des matériaux, qui traite de questions au cœur du métier d’architecte. Les travaux sont caractérisés par le croisement revendiqué d’une approche technicienne et d’une approche culturelle, se démarquant des démarches strictement internalistes pratiquées par une partie des historiens des techniques et de la construction.

Patrimoine et projet

La prise en compte des questions liées au patrimoine et aux interventions contemporaines en contexte patrimonial est ancienne et plurielle. Les travaux se caractérisent par leur dimension urbaine, qui concerne la ville historique européenne, la ville asiatique ou les territoires urbanisés dans la seconde moitié du XXe siècle, leur intérêt pour le patrimoine non monumental et pour la matérialité du bâti, appréhendés dans une perspective de projet.

Architectures du temps présent : médiatisations et concrétisations

Cet axe consacré aux architectures de 1970 à nos jours incite à revenir sur des notions souvent tenues pour marginales : le « postmodernisme » ; l’interpénétration progressive des univers de la maîtrise d’ouvrage privée et publique ; la place tenue par la culture architecturale au sein du monde intellectuel ; la formation des élites au sein d’un univers qui connut, avec le premier choc pétrolier, un bouleversement complet de son fonctionnement et de sa vision du monde ; le savant et le populaire.

Architectures : diffusion, transmission, enseignement

L’étude de la conception architecturale et urbaine, abordée à travers son enseignement, les supports et les modalités de sa transmission s’inscrit dans une perspective d’études historiques et d’expertise contemporaine. Cette démarche est importante à l'heure où les écoles d'architecture sont à un tournant de leur histoire : les enseignants impliqués dans la fondation des unités pédagogiques après l’éclatement de l’École des Beaux-Arts passent le relais à une nouvelle génération. Une telle recherche participe du champ très dynamique des travaux sur la pédagogie et l’enseignement des métiers, dont elle est la principale contribution collective émanant du monde de l’architecture.

Ces axes thématiques regroupent des programmes de recherche pouvant accueillir plusieurs actions parallèles ou successives, et différents types d’activités. Ils ont en commun :

- des approches multiscalaires interrogeant les rapports entre formes architecturales et urbaines, notamment avec le changement dimensionnel de la fabrication urbaine,

- des démarches historiques déterminées par des logiques projectuelles,

- des pratiques pluridisciplinaires de la recherche.

Deux séminaires transversaux animeront successivement l’UMR selon un fonctionnement collectif reposant sur plusieurs groupes de travail :

- Explorations figuratives. Nouvelles lisibilités du projet ;

- Vocabulaire temporel de la composition architecturale et urbaine.

L’élaboration collective du bilan et du projet nous a conduits à fixer des missions prioritaires au regard du programme scientifique de l’unité, des défis à relever et des stratégies élaborées pour ce plan quinquennal, qui est pensé dans une perspective plus longue.

La définition de ces missions, leur organisation et leur mise en œuvre se font sur un mode collégial ; chacune est prise en charge par un membre du bureau ou du conseil, et par un personnel administratif.

 


[1]   D’abord dans l’UMR « Architecture, Urbanisme, Société, territoires en mutation » (UMR 754) puis dans l’UMR « Architecture, Urbanisme, Société » (UMR 7136).

[2]   7 enseignants HDR retraités ou désormais rattachés à d'autres UMR restent associés à l’unité pour terminer l’encadrement des thèses en cours : J. Attali, P. Clément, J.-P. Garric, C. Maniaque, P. Pinon, Y. Tsiomis, J.-L. Violeau.