Journée d’études Les espaces de l’enseignement technique. XVIIIe-XXIe siècles. Architecture, histoire, patrimoine

Publié le 2014-09-08 09:25:13

amphithéatre Bernard Huet | 10.10.2014 | 9h - 18h

L’architecture des écoles techniques et professionnelles, encore peu étudiée jusqu’à une période récente, bénéficie aujourd’hui d’un contexte favorable à sa redécouverte. Trop souvent jugé à partir de la situation « dominée » de l’enseignement professionnel dans le système scolaire français actuel, l’enseignement technique et professionnel possède une histoire longue et riche, dont le patrimoine reste mal connu. L’architecture des établissements, qu’elle ait été préservée ou que ces constructions aient fait l’objet de transformations, frappe d’emblée par son importance. Aller au-delà de cette impression et se pencher sur l’histoire des espaces de l’enseignement technique revient à (re)découvrir un patrimoine et une histoire qui n’eût jamais, dès la fin du XIXe siècle, la marginalité dans laquelle la modestie des travaux historiques tendait à la confiner. Comme l’ont montré différentes études dans une période récente, l’histoire de l’architecture scolaire et, plus largement, l’histoire des politiques d’aménagement d’édifices et de locaux scolaires, permet d’aborder des questions aussi importantes que celles des politiques scolaires, du coût de ces politiques et des rapports entre leurs différents promoteurs.

À la croisée de l’histoire de l’enseignement technique et de l’histoire de l’architecture scolaire, l’intérêt que suscite l’architecture des écoles techniques et professionnelles est irrigué par les recherches menées dans ces deux domaines dont le dynamisme se mesure au nombre important de publications et de manifestations scientifiques qui ont vu le jour ces dernières années. La transformation de l’histoire de l’enseignement technique, « chantier déserté » devenu un « carrefour », selon les observations, en 1989 puis en 2003, de Pierre Caspard, alors directeur du Service d’histoire de l’éducation de l’Institut national de la recherche pédagogique (INRP), caractérise aussi l’histoire de l’architecture scolaire et plus largement la prise en compte des espaces de l’enseignement.

En analysant les réalités concrètes de l’enseignement, les historiens de l’éducation se sont intéressés entre autres au contexte matériel dans lequel s’inscrit la pédagogie. Les apports de cette approche sont particulièrement significatifs pour les enseignements artistique et professionnel, dont les finalités « pratiques » autant qu’intellectuelles se lisent aussi dans la diversité des lieux de la formation, de l’atelier à la salle d’étude.

De telles réflexions rencontrent précisément les travaux que les historiens de l’architecture consacrent aux bâtiments scolaires depuis plusieurs décennies. Écoles primaires, collèges, lycées et universités ont donné lieu à diverses approches complémentaires qui ont abordé la définition fonctionnelle des locaux que réclament ces divers ordres d’enseignement, les politiques de construction, les enjeux territoriaux et urbains, mais aussi politiques, économiques et sociaux dont sont porteurs ces édifices, et que reflètent notamment leur expression architecturale et leurs programmes iconographiques.

L’importance des enjeux explique la convergence de ces réflexions. L’intérêt récent accordé par les universités à leur histoire, concrétisé par plusieurs publications et projets de recherche, rejoint celui que certaines grandes écoles scientifiques et techniques ont pu porter plus précocement à ces questions. La forte dimension patrimoniale se nourrit de la présence de bâtiments importants, diversement intégrés dans leur environnement et dans les politiques d’aménagement urbain. Elle intéresse aussi les usagers, présents et passés. Ce travail est encore balbutiant pour les écoles techniques et professionnelles, mais le champ de recherche apparaît particulièrement prometteur et touche autant à la place des enseignements techniques dans l’histoire contemporaine de la France qu’à celle de cette architecture parmi les équipements publics.

Cette journée d’étude vise à identifier et définir l’objet de la recherche, à la rencontre de l’histoire de l’éducation et de l’histoire de l’architecture, en croisant les enjeux historiques et patrimoniaux grâce aux interventions de chercheurs et de responsables intéressés à différents titres par ce champ.

Coordination scientifique | Guy Lambert (ENSAPB, IPRAUS, UMR AUSser) & Stéphane Lembré (ESPE Lille Nord de France - CREHS)

Programme

9h00 | Ouverture par François Brouat, directeur de l’Ecole

Présentation de la journée et du programme de recherche par Guy Lambert et Stéphane Lembré

 

9h30-12h30 | Les espaces de l’enseignement technique : histoires et enjeux

Présidence : André Grelon (Centre Maurice Halbwachs EHESS)

Stéphane Lembré (ESPE Lille Nord de France – CREHS), L’histoire de l’éducation et les espaces du technique : acquis et perspectives

Gérard Bodé (ENS de Lyon, LARHRA), La place de l’atelier dans l’espace scolaire

Jean Davoigneau (Responsable du patrimoine scientifique et technique, Ministère de la Culture – Mission de l’inventaire général du patrimoine culturel), Les lycées techniques dans l’inventaire de lycées

Marc Le Cœur (historien de l’art), L’école Diderot, à l’aune d’établissements scolaires contemporains

Gilles Fleury (architecte, Jean-Paul Philippon), De l’école Diderot à l’ENSAPB

 

14h00-17h00 | L’enseignement technique dans ses murs : du programme à la valeur patrimoniale

Présidence : Christian Hottin (Ministère de la Culture, Direction générale du patrimoine)

Guy Lambert (ENSAPB, IPRAUS, UMR AUSser), Les espaces de l’enseignement technique, de leur production à leurs usages. Une histoire à construire

François Robert (ENS de Lyon, Triangle), L’enseignement professionnel à l’épreuve des locaux. La SEPR (Lyon) et ses lieux de formation (1864-2005)

Cédric Perrin (IDHES – Université d’Evry), La création du lycée Grandmont à Tours (1954-1963) : quelle place pour l’enseignement technique ?

Laurent Poupard (Service Inventaire et Patrimoine, DCJSVA, Région Franche-Comté), Architecte et proviseur : concevoir et construire une école nationale professionnelle, à Besançon et Morez

Marion Fourcayran (Conseil général des Hautes-Pyrénées), Le Lycée Hector Guimard, ancienne École de métiers des industries métallurgiques de Lyon

 

17h00 | Conclusion par Estelle Thibault (ENSAPB, IPRAUS, UMR AUSser)

 

17h30 | Visite de l’exposition « Une ambition pour les métiers. Paul Guadet & André Boucton, l’architecture de l’enseignement technique », présentée du 15 septembre au 17 octobre 2014.

coproduction Ville de Morez, école nationale supérieure de Paris-Belleville.

 

Cocktail