Programme

télécharger le programme

Renseignements

Nicolas Monquaut,

formation continue

Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville

60 bd de la Villette - 75 019 Paris 

Tél : 01 53 38 50 34

Courriel : nicolas.monquaut

Développement durable et rénovation énergétique sur le bâti ancien et le patrimoine domestique

Publié le 2014-04-21 15:43:51

3 jours - du 15 au 17 octobre 2014

Pourquoi une formation sur développement durable, bâti ancien et patrimoine domestique ?

La loi ENE (Engagement national pour l’environnement - Grenelle II) s’applique sans discernement à la construction neuve et au bâti ancien (d’avant 1945), et sans prise en compte de la forme urbaine, de la typologie architecturale, des matériaux et de leur mise en œuvre ainsi que des modes de vie et des usages des occupants.

Cette loi a de nombreux effets dont le développement de nouveaux savoir-faire, mais également la redécouverte de techniques anciennes à adapter aux modes de production actuels, dépassant le cadre du panneau solaire et de l’application d’isolant par l’extérieur. 

Intervenir sur le patrimoine architectural, urbain et domestique est une tâche particulièrement complexe qui nécessite une approche plus globale.

Objectifs de la formation

Si les règles et les normes fixées par la réglementation actuelle s’intègrent dès la phase de projet dans les constructions neuves, celles-ci posent davantage de problèmes dans le bâti existant, urbain ou péri-urbain et sur l’habitat domestique à caractère patrimonial de facture ancienne ou plus récente.

La mise en œuvre des normes apparaît peu compatible avec le bâti ancien qu’elles peuvent dénaturer comme, par exemple, la transformation des toitures, des façades, des menuiseries ou des doublages intérieurs. Au-delà de l’aspect visuel, esthétique, se posent également les questions de la compatibilité entre les matériaux respirant ou non, des coûts énergétiques, du transport des matériaux, du coût de la démolition et du traitement des gravois, du traitement et du renouvellement d’air, etc.

Enfin, les notions de centre historique, d’espaces protégés et de patrimoine mettent en jeu beaucoup d’autres acteurs : services de l’Etat, services des villes, co-gestionnaires des documents d’urbanisme et servitudes, associations de défense du patrimoine…

Les objectifs de cette formation sont donc :

  • d’appréhender les méthodes pour concilier la préservation et la mise en valeur du patrimoine domestique et des centres anciens, l’amélioration des conditions de vie des habitants et les objectifs du Grenelle II,
  • de faire partager les expériences et les nouveaux modes opératoires des maîtres d’œuvre et artisans intervenant sur le bâti ancien, répondant aux exigences du Grenelle II,
  • de comprendre, au travers l’étude de cas concrets, comment conduire un projet / une opération dans la concertation, la collaboration, le travail en commun des multiples acteurs professionnels (publics, privés et institutionnels) travaillant sur la préservation et la mise en valeur du patrimoine architectural, urbain et paysager. Comment construire un dialogue entre tous ces acteurs, qui n’ont pas toujours la vision globale du projet, du contexte, et sont souvent cloisonnés dans leurs domaines de compétences, même parfaitement maîtrisés ?

Publics visés

Acteurs de la maîtrise d’œuvre : architectes, collaborateurs chefs de projet, techniciens ayant en charge des travaux d’entretien, d’amélioration, de structure, de second œuvre, d’aménagement

  • intervenant, ou détenant une expérience professionnelle, sur le bâti ancien,
  • souhaitant approfondir leurs connaissances sur les modes d’intervention liés au développement durable dans des tissus et ensembles bâtis à caractère patrimonial. 

La formation comprend une quinzaine de stagiaires.

Responsable pédagogique

Daniel Duché, Urbaniste ENPC, architecte du patrimoine.

Organisation de la formation

La formation se déroule principalement à l’école nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville, installée dans un ensemble de bâtiments des XIXe et XXe siècles, réhabilités et inaugurés en 2009.

La formation conjugue apports théoriques, techniques et juridiques (outils, méthodes et mise en œuvre), études de cas, rencontre avec des spécialistes. Elle couvre 6 thématiques :

  • développement durable / patrimoine, contexte législatif et réglementaire,
  • le bilan thermique et les économies d’énergie sur le bâti ancien,
  • prise en compte du développement durable dans les documents d’urbanisme et servitudes patrimoniaux,
  • les maîtres d’ouvrage face aux économies d’énergie,
  • matériaux anciens et savoir-faire contemporains, les artisans au service du développement durable,
  • synthèse et application des approches croisées.

Conditions d’inscription

Le montant du cycle de formation, comprenant 3 journées, est fixé à 800 euros. Cette somme n’inclut pas les repas, restant à la charge des stagiaires.

 

 Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville : déclaration d’activité enregistrée sous le numéro 11 75 47450 75 auprès du Préfet de la région Ile-de-France. 
Cet enregistrement ne vaut pas agrément de l’Etat.