Urbanisme “grandiose” - planification d’un nouveau centre urbain pour Téhéran (1973-1976)



Publié le 2015-04-10 09:16:41

Conférence de Farshid Emami

 Mardi 14.04.2015 | 19h | salle 2

Pendant les années 1970, un grand centre urbain, avec un programme administratif, commercial et résidentiel, a été planifié au nord de Téhéran. La construction commencée en 1975, a été arrêtée par les manifestations de rue qui ont conduit à la révolution de 1979. Cette conférence revient sur ce projet rendu possible par le boom pétrolier pour analyser l'histoire de sa conception, ses fondements socio-politiques, et son échec final. Le plan final du projet élaboré par la société de planification Llewelyn-Davies International, ne reflète pas seulement la mégalomanie de Mohammad Reza Shah (r. 1941-1979), mais révèle aussi la nature totalitaire du régime Pahlavi des années 1970. Le soutien porté par l'ancienne reine Farah Diba-Pahlavi à un projet concurrent des architectes Louis Kahn et Kenzo Tange, qui ont aussi été impliqués dans le projet avant le décès de Louis Kahn en 1974, a abouti à un double patronage du projet; les oppositions que cela incarne ainsi que les écarts entre les objectifs visés par le projet et les réalités sociales de son contexte urbain reflètent l'approche paradoxale du régime à la modernité et à la modernisation.


Biographie


Farshid Emami est doctorant au département d'histoire de l'art et de l'architecture de l'Université de Harvard. Architecte et urbaniste formé en Iran, il est également titulaire d'un master de recherche en architecture de MIT obtenu en 2011. Sa recherche porte actuellement sur l'architecture et l'urbanisme dans les territoires orientaux du monde islamique au début de la période moderne. Son projet de thèse explore la relation entre l'environnement bâti et la culture matérielle de l'Iran Safavide (1501-1722) à travers une reconstruction de l'espace physique et social. La question de la modernité est un sujet central de sa recherche; elle le conduit à requestionner les perceptions idéologiquement chargées de la modernité, la démarcation établie entre l’ère moderne et pré-moderne, ou à explorer les expériences de la modernité non occidentale.