Projet Rothschild : Réalisation d'un mur peint

Publié le 2014-10-09 01:03:21

Projet Rothschild : Réalisation d'un mur peint à la Fondation Adolphe de Rothschild, 25 rue Manin, Paris XIXe

Studio d’Arts plastiques de deuxième année. Philippe Rebuffet

L’origine du projet : 

Madame Brès, architecte attachée à la fondation ophtalmologique Adolphe de Rothschild, a sollicité notre Ecole pour la création d’un décor sur un mur de soutènement extérieur, visible depuis la salle d’attente des urgences.

Ce type d’intervention peut constituer sur le plan pédagogique une excellente opportunité et, compte tenu de ma pratique artistique qui depuis une vingtaine d’années compte plusieurs murs peints en trompe-l’œil (voir ci dessous la photo de l’un d’entre eux, récemment restauré), j’ai été naturellement pressenti par Françoise Mc Cormick pour m’occuper de ce projet avec les étudiants de deuxième année dont j’ai la charge.

 

J’ai organisé ce travail de projet avec les étudiants de la façon suivante :

La première opération a été d’établir un relevé précis de ce mur de soutènement.

Dans un second temps, j’ai orienté les projets dans l’optique d’installer une vue du proche parc des buttes Chaumont, ce qui a donné lieu à des analyses dessinées et peintes, des arbres très différenciés de ce parc.

Dans une phase de synthèse, il restait soit à composer ces dessins d’analyse du parc sur le relevé du mur, à l’échelle de 5 cm par mètre, soit sur ce même relevé, à composer un projet plus libre.Le choix du meilleur projet s’est effectué lors du jury de fin d’année en présence de Monsieur Lawrysz, directeur de la fondation A. de Rothschild. C’est le projet de l’étudiant Maciej Kudlacik qui s’est imposé par l’aspect chatoyant de sa polychromie et le mouvement des silhouettes stylisées prenant en compte les contreforts du mur de soutènement

Il fallut attendre une année pour réunir les conditions de la réalisation de ce projet. La mise en œuvre s’est opérée sous ma direction par l’étudiant concepteur assisté de trois étudiants de sa promotion (parmi lesquels Véronique Leloup). Pour l’opération de report du dessin à l’échelle grandeur, Maciej a fait preuve d’invention en découpant dans du papier kraft ses silhouettes à l’échelle 1, ce qui a permis de les ajuster en tenant compte de points de vue choisis depuis la salle d’attente des urgences et cadrés par les fenêtres du premier plan

La mise en couleur du dessin ainsi composé a été réalisée par les étudiants qui ont montré beaucoup de compétence pour faire la synthèse des deux projets colorés en ajustant les couleurs perçues différemment sur de grandes surfaces. Le résultat de ce décor est convaincant et contribue à donner à ce lieu jusque là, relativement sinistre, une forme de vie

On ne peut que souhaiter le renouvellement d’une telle expérience qui confronte l’étudiant à toutes les étapes d’un projet plastique depuis sa conception jusqu’à sa réalisation, ce qui préfigure son future rôle d’architecte.