Exposition La tentation de la forteresse

Publié le 2017-02-16 13:53:15

Palier de la salle Bobenriether | 29.03 - 05.05.2017

Vernissage | mercredi 29.03.2017 à 18:30

Attention ! fermeture de l’Ecole du 10 au 17.04.2017

visites commentées | 8 & 9 avril 2017

Le chantier du boulevard périphérique de Paris, symbole des Trente Glorieuses, qui s’étend de 1956 à 1973. Aujourd’hui cette ceinture impose une division. Paris a construit non seulement un axe routier majeur, mais aussi sa forteresse.

La tentation de la forteresse est un projet d’exposition qui retrace la naissance de la frontière urbaine qui caractérise le Paris de nos jours : le boulevard périphérique. Le projet se compose de photographies issues des archives du Département de la Voirie et des Déplacements de la Mairie de Paris et d’un film, réalisé par Martina Magri, qui utilise ces archives comme matière première.

La construction du boulevard périphérique de Paris, l’un des chantiers-symbole des Trente Glorieuses, s’étend de 1956 à 1973, pendant la guerre d’Algérie, la décolonisation, la guerre froide et la révolution sociétale de Mai 68. Quelles interactions se jouent entre cet élan vers le futur et la guerre qui est en train d’être menée en Algérie, qui entraînera la France à perdre les territoires colonisés ? Subsiste-t-il un lien entre cette guerre, le successif démantèlement des colonies et le mouvement défensif d’une métropole nouvelle qui se cache derrière une route/frontière et se pose, implicitement, en ville-État fermée sur l’extérieur ?

À la lumière des divisions que cette ceinture impose aujourd’hui, en désignant un centre et une périphérie, en déterminant ce qui est ville et ce qui en est exclu, ainsi qu’en spécifiant le statut des habitants qui y sont inclus et de ceux qui en sont tenus à l’écart, peut-on penser que Paris ait construit, pendant ces années, non seulement un axe routier majeur, mais aussi sa forteresse ?