Conférence «La machine de peur» d'Arnold Pasquier, Amphi Nord, vendredi 6 avril, 19 h

Publié le 2018-03-01 10:19:35

Cette conférence présente les appareils de projection (« les lanternes magiques ») et les dispositifs scéniques (« les machines de peur ») qui ont fasciné le public dès le XVIIe siècle jusqu’aux apparitions de fantômes dans le cinéma. 

Bien avant la naissance du cinématographe, la lanterne magique a permis de divertir et d’instruire le public grâce à l’image. De même, le théâtre populaire a utilisé au XIXe siècle des dispositifs complexes de miroirs et de plaques de verre pour faire apparaître des spectres sur la scène. Ces apparitions merveilleuses et inquiétantes ont été accaparées par le cinéma qui à employé ses caractéristiques techniques (surimpressions, effets de lumière et de montage) pour représenter des manifestations surnaturelles.

Ces théâtres d’ombres, ces jeux de lumières spectaculaires, ces apparitions magiques provoquent l’imaginaire des spectateurs qui, entre stupeur et ravissement, accèdent au merveilleux, « provoqué de manière inexplicable par une brèche qui s'ouvre à l'improviste » comme l’a exprimé Jean Cocteau dans Du merveilleux au cinématographe.

Cette conférence inaugure une série d’interventions en collaboration avec l’école d’architecture de Paris-Belleville, dans le cadre d’une résidence d’écriture de scénario de long-métrage de fiction. Un atelier, réalisé en collaboration avec Hervé Roux, invitera les étudiants de l’école à concevoir et construire une lanterne magique s’inspirant de la tradition des dispositifs scéniques du XIX° siècle, qui faisaient apparaître les spectres sur scène dans des Fantasmagorias (tel le Fantoscope de Etienne-Gaspard Robert). C’est un espace scénique inspiré de la scène ambulante et du théâtre de foire, envisagé comme espace d’apparition. Le fantastique apparaîtra alors de la rencontre entre le réel des maquettes et l’irréel d’une proposition subjective : un équilibre entre le crédible et l’étrange, qui suscite la « peur ». La scène sera installée dans le jardin de l’école pour une apparition de spectres à la nuit tombée.

Le scénario de WUPPERTAL se déploie dans plusieurs villes : Gibellina, Belo Horizonte, Senigallia, Le Havre et Wuppertal. Il met en scène des architectes, des danseurs, des acteurs à la recherche d’un idéal sentimental et artistique. La résidence d’écriture à l’ENSA-PB est entendue comme un laboratoire de propositions qui viendront nourrir la recherche du film sous la forme d’ateliers proposés à des publics variés, grâce à des partenariats dans le quartier de Belleville.

Cette conférence est programmée en marge de l’Intensif en collaboration avec Hervé Roux «Concevoir et construire une lanterne magique». Imaginer, modéliser en maquettes et construire une lanterne magique (pour faire apparaître les fantômes).